le jardin aux oiseaux

LE JARDIN AUX  OISEAUX

 

Commencer par écouter le chant des oiseaux,

Au bout du chemin, entendre la vie qui défie le temps,

Un jardin au bord de la route dont ils sont les héros,

Accord parfait des retrouvailles, des actes bienveillants.

 

S’adresser à l’humain qui sait entendre le silence,

Dans l’espace géographique, choisir l’universel, le là,

Entre sol et ciel, une joyeuse approche colorée de la science,

Des arbres, des fleurs, des végétaux par milliers, vert magma.

 

Orienter vers l’ouest ses gestes et faire des signes,

Que l’on sait comprendre et recevoir heureux,

Inscrire sur le registre, notre rôle et nos actes, insignes,

Au cœur de l’énigme, des archives à la source, inviter les valeureux.

 

Enoncer les mots à haute-voix pour qu’ils ne se perdent jamais,

Montrer la voie que l’on a tracée dans la nuit,

Conter le présent dans une équation de vers, sans imparfait,

Rencontrer l’inconnu en soi, et de son histoire, édifier le récit.

 

***

 

vie

 

 

VIE

 

La vie est documentation quotidienne qui s’écrit,

Expérience d’heures aux minutes inoubliables,

Une explication de textes d’un investissement non travesti,

Une approche tranquille et familière de chroniques affables.

 

La vie est raisonnement à l’envers, sens de toute question,

Une compréhension à bras le corps de chaque propos,

En dièses et bémols pour clarifier le terme de sa précision,

Des idées données en guise de remerciement, cachet de dépôt.

 

La vie est source de sourires, l’envers de l’éphémère,

Découpage en strates d’années au passé enseveli,

L’art de la méthode, un pas après l’autre, cheminer sans barrière,

Une grande aventure intérieure, à la mémoire intrinsèque abolie.

 

La vie à l’ordre baroque et bohémien, sans compas, ni raison,

Justifie en soi l’écriture des rives et des dérives,

Pour réfléchir au mieux l’item de lumière, du soleil les rayons,

Valider le parcours, par un mot, un seul, la joie et ses récidives.

 

 

Muriel CAYET

Janvier 2018